Une Vie d'Envies - Life of Desires

"CREATIVITY IS INTELLIGENCE HAVING FUN" - Einstein

Les tribulations d'une cocotte hétéroclite. Les envies d'un Electron libre, mes coups de cœur et impressions sur l'art en général, le design, la photographie, la musique électronique, le street art, body art.
UNE VIE D'ENVIES.
LIFE OF DESIRES.
LA VIE EST UNE CREATION
Recent Tweets @Myms68
Posts I Like

Fires of the Mind: Depression and Manic (Bipolar)

…. shamanisme should be always be informed to the patient

… person who have been treated with high medication has a good chance to never be healed

- suicide thinking

shamanfox:

looking to find myself
without tools
without chants or charms
no star charts or guides
Nothing to suffer
nothing to gain
still, I am
unlatched from time
Concept of finding
believes in being lost.

photoshamanism:

Squaring the circle

by Katharina Rhein

for Maria

inneroptics:

Edward Steichen

inneroptics:

Edward Steichen

(via reidoriginals)

ontheedgeofdarkness:

Imogen Cunningham

On Mount Rainier, 1915

Taken from the book, ‘Photography Year: 1977/78 Edition’, Time-Life Books Inc., 1977

(via reidoriginals)

exercicedestyle:

Erik Madigan Heck

(via allochtoon)

xerui:

Human Touch

(via radicaluna)

asylum-art:

Eduardo Rodriguez Calzado: Harmonic Images of Life and Consciousness 

Artist on Tumblr, on deviantART

With the use of bright colors, geometric shapes, dashes and dots I create extraordinary abstract imagery. I have been a painter for most of my life, taking painting classes from a very young age, but it wasn’t until recently that I started expressing myself through my artwork.

I am an artist obsessed with detail, expressing emotions through the fragmentation of color, capturing a great light in my artwork. In most of my paintings I represent the human form or some sort of human element and our connection to another plane of consciousness . In my process of painting, I sometimes have a very clear image of what I want to represent, they are images that pop into my head, and that is what I put down on canvas. At other times I just work from a feeling and start putting forms and colors down and later I look at it and find the story I want to tell.


Field of Flowers, 1910

Egon Schiele

(via free-parking)

firetalk:

Woodsman - Teleseparation (Official Video)

De la Sagesse et de l’Ignorance

21 MARS 2012 | PAR MOURAD BESBES


Il en est des affaires privées comme des affaires publiques, seuls les êtres avisés ont une conscience claire de leurs obligations et de leurs bénéfices. N’est-ce pas là justement ce qui différencie l’animal social de la bête sauvage. Ainsi, pour comprendre ce qui caractérise l’esprit éclairé, il est nécessaire de s’interroger sur la nature et l’origine de son inspiration, de même que sur les conséquences d’une mauvaise guidance.

Toutefois, compte tenu des contraintes propres à notre support d’expression, nous nous limiterons ici aux éléments les plus essentiels. Nous considérerons donc acquis que tout être humain est doué de raison, quel que soit son sexe, son âge ou sa condition sociale, et qu’il est également possible à quiconque de se forger sa propre opinion, chacun étant dès lors seul responsable de ses actes et de ses propos.

Une fois posé le cadre de cette réflexion, il est temps d’en venir au fait, qu’est-ce qui permet de savoir ce qu’il revient de faire ou de penser en chaque circonstance ? La première réponse qui nous vient spontanément à l’esprit est la réflexion, et pour cause, il nous faut réfléchir pour répondre à une question. Mais qu’est-ce que la réflexion, sinon un effort sur soi-même afin de mobiliser des connaissances ou d’opérer un raisonnement. Or, ces ressources premières de l’esprit sont elles-mêmes les fruits d’un apprentissage ou d’une expérience, ce qui nous amène à penser que la réflexion ne serait pas la source de la raison mais sa réalisation.

Tout savoir repose lui même sur des présupposés et des acquis, et l’on ne reproduit pas l’intégralité d’un raisonnement à chaque fois que l’on y recourt. Il nous faut donc nous interroger sur ce qui valide ou légitime tels enseignements ou telles expériences, et aux yeux de qui.

D’une manière générale, il existe deux voies pour la reconnaissance d’une idée ou d’un courant, l’une repose sur la démonstration rationnelle, et l’autre sur l’autorité acquise par la tradition. Généralement, l’institutionnalisation de la première donne lieu à la deuxième, et l’argumentation soutenant une théorie a tendance à céder le pas à une adhésion moins circonspecte à la faveur de son succès. Ainsi, l’autorité conférée par la tradition ne disqualifie nullement une idée, même si elle en affaiblit la démonstration, et rares sont ceux qui pourraient défendre toutes leurs convictions de manière rationnelle sans recourir à un moment ou un autre à des positions dogmatiques ou arrêtées.

Cette remarque se vérifie d’autant mieux lorsque les idées en question sont d’ordre moral ou politique. Alors, la part de l’idéologie apparaît clairement dès que l’on confronte une tradition à une autre, et bien mal nous prendrait de penser que la nôtre est plus solidement fondée par la logique que celles de nos adversaires, car eux aussi seraient amenés aux même conclusions les concernant.

En somme, si toutes les doctrines se valent d’un point de vue épistémologique lorsque l’on traite de la vie de la cité, ce n’est donc point notre raisonnement pas plus que nos connaissances ou nos expériences qui peuvent nous guider sur la voie de la sagesse, mais bien notre capacité à faire abstraction de tout ce que nous savons, pour laisser la place à l’autre, et laisser parler notre curiosité, ouvrant ainsi la voie à la concertation.

Ainsi, en matière de relations humaines, n’est-ce pas notre ignorance qui nous caractérise le mieux aux yeux des autres.

Source Médiapart